Hiroshima mon amour, Marguerite Duras

« Au cours du tournage d’une coproduction sur la paix, une comédienne française noue une relation éphémère mais passionnée avec un Japonais. Sur cette mince intrigue, Duras est chargée par Alain Resnais d’élaborer le scénario et les dialogues d’un film, Hiroshima mon amour, titre étrange et poétique malgré la référence évidente aux atrocités de la guerre. Avec un art de l’ellipse parfaitement maîtrisé, Duras orchestre une danse sensuelle entre deux personnages qui luttent contre le temps. Lui refuse d’admettre que les atrocités d’Hiroshima ont eu lieu, Elle se tait sur son passé ; pourtant, ces fantômes ressurgissent en fragments, lambeaux d’un passé qui se superposent au moment présent. Les corps des amants se confondent peu à peu et Hiroshima se fond dans Nevers, cadre de la jeunesse de l’actrice marquée par l’opprobre parce qu’elle a aimé un jeune Allemand durant la guerre. Les gros plans sur les corps amoureux sont entrecoupés de scènes de foule et de détails d’une crudité sordide, comme si l’horreur devait, elle aussi et malgré tous les films sur la paix, lutter contre le déni pour se faire entendre. »

Hiroshima mon amour

Des classiques, je n’en lis pas tellement. La dernière fois que j’avais lu Marguerite Duras, cela datait du lycée. Mais de mon époque lycéenne j’ai conservé des piles de livres jamais lu, et qui ne me correspondent plus tellement aujourd’hui, mais que j’essaye quand même de lire petit à petit. Hiroshima mon amour fait parti de ces titres, achetés au lycée et jamais lu.

Il s’agit d’un ouvrage très court, 150 pages en comptant les appendices, que j’ai lu en moins d’une heure. L’histoire est celle d’une femme, française, venu tourner un film à Hiroshima. Elle y rencontre un japonais avec qui elle a une éphémère liaison. C’est l’histoire de cette liaison qui est relaté par Hiroshima mon amour, un film dont le scénario a été écrit par Marguerite Dumas. Le livre est alors uniquement composé de dialogue entre lui et elle.

On est marqué dans cette histoire, qui se déroule en 1957, par deux drames qui parsèment la vie des deux personnages: le drame d’Hiroshima évidemment, qui a tué toute la famille du japonais, et le drame vécu par la française, lorsqu’à la fin de la guerre son amant, un allemand, a été tué et qu’elle a été tondue. Des drames de guerre. Cette liaison ne se détachera pas de ces drames.

Si l’histoire est banale, quoique sur fond de guerre, ce qui m’a marqué véritablement, c’est l’écriture de Marguerite Dumas. Absolument extraordinaire, elle parvient en peu de mot à transmettre une émotion, un ressenti.

Ce fut une lecture rapide mais qui m’a permis de renouer en douceur avec les classiques, car très accessible.

 

Publicités

Le doute, S.K. Tremayne

« Un an après la mort accidentelle de Lydia, 6 ans, ses parents et sa jumelle Kristie prennent un nouveau départ en s’installant sur une petite île écossaise isolée. Mais l’étrange comportement de Kristie sème bientôt le trouble. Elle demande à se faire appeler Lydia… Qui est-elle vraiment ? »

Le doute

4

Rarement un livre n’aura aussi bien porté son nom que celui ci…Le doute, et quel doute en effet ! L’histoire est celle de la famille Moorcroft. Une famille composée d’Angus le père, de Sarah, la mère et de Kirstie, aujourd’hui âgée de 7 ans. Un an auparavant la famille comptait également Lydia Moorcroft, la sœur jumelle de Kirstie, décédée tragiquement.

Suite à ce décès, la famille s’enfonce peu à peu et s’éloigne les uns des autres. Ils décident alors de partir sur une petite île écossaise isolée de tout, héritage d’Angus. Tout irait alors pour le mieux si Kirstie ne se mettait pas soudain à prétendre qu’elle est en réalité Lydia. Laquelle des jumelles est réellement morte?

Le roman est découpé entre des chapitres du point de vue de Sarah et ceux écrits du point de vue d’Angus. Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on doute de tout dans ce roman ! En moins de 400 pages, on cherche à comprendre ce qui est arrivée et ce qui arrive encore à cette famille, ou tout le monde semble pour le moins louche.

L’histoire prend pour cadre l’écosse pendant une très grande partie, et c’est un plaisir de découvrir les Hébrides que je ne connaissais pas et qui sont formidablement décrites par l’auteur. Les personnages sont attachants et crédibles, et le doute subsiste bien jusqu’à la fin !

Je ne vais pas en dire plus sur ce thriller qu’il faut découvrir sans trop en savoir, mais je vous conseille de vous y plonger si ce n’est pas déjà fait !

 

 

Les grands procès (1944-2012), Pascale Robert-Diard

« Plus de 100 chroniques judiciaires parues dans Le Monde de 1944 à nos jours. Les grandes affaires qui ont marqué notre Histoire réunies dans une édition de référence, richement illustrée de 80 photographies d’époque. Laval et son arrogance, Gaston Dominici et ses pauvres mots, Petiot et son regard, Salan et son silence, l’écolier d’Oradour-sur-Glane et ses souvenirs, Coco Chanel et son maître d’hôtel, Polnareff et ses fesses… Des comptes rendus des grands procès aux petites histoires nichées dans les recoins des pages, ces récits d’audience sont un miroir de la France, de ses moeurs et de ses tragédies depuis plus de soixante-huit ans. »

Les grands procès

 

Je reviens avec un livre un peu particulier aujourd’hui…Un livre que j’ai lu puis abandonné à de nombreuses reprises avant de réussir à le finir, enfin ! Il s’agit d’un document de 900 pages édités par Le monde. De quoi s’agit-il? D’un recueil d’une centaine de chroniques judiciaires publiés par le journal Le monde entre 1944 et 2012. Pour l’étudiante en droit que je suis, le livre est particulièrement intéressant car il forme la culture judiciaire.

L’ouvrage nous présente donc une centaine de chroniques, écrits par divers journalistes sur une période de 68 ans, et retraçant toute notre société. tout y est abordé: les procès de la Libération (Pétain, Laval, et plus tard Touvier ou Barbie), ceux de la guerre d’Algérie (Salan notamment), les procès de l’abolition de la peine de mort (Buffet et Bontems, Ranucci, Patrick Henry) et plus largement des dizaines de petits procès qui retracent l’air du temps.

Pour faire sa culture juridique, ce document est parfait: très accessible (aucune notion de droit n’est véritablement abordée), la justice et ses différentes affaires nous sont servis sur un plateau. J’ai apprécié particulièrement les affaires pénales devant la cour d’assise, les affaires de la Libération, je suis totalement passé à côté des procès de la guerre d’Algérie ou des procès purement politique.

Je regrette un peu que certaines chroniques n’explicitent pas mieux les faits qui ont conduits au procès, qu’on est parfois obligé de déduire, ce qui nuit fortement à la compréhension.

 

Le livre des Baltimore, Joël Dicker

« Jusqu’au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l’auteur de La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d’une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c’est l’histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu’en février 2012, il quitte l’hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s’atteler à son prochain roman. Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu’il éprouva jadis pour cette famille de l’Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s’effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu’au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu’est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ? »

 

 

 

le livre des baltimore

5

 

Le livre des Baltimore est sorti il y a deux ans déjà…et tout le monde en a parlé il y a deux ans. Moi il m’aura fallu un passage dans un Relay de gare et une journée complète de train pour me plonger enfin dans ce roman et le terminer aussi sec !

Que dire? Ce roman est un immense coup de cœur, il fait parti de ces livres qui ne s’achèvent pas lorsqu’on tourne la dernière page mais qui nous accompagnent encore un peu après.

De Joël Dicker j’avais déjà lu, les deux précédents livres, la Vérité sur l’affaire Harry Québert (que je me suis promis de relire tant je m’en souviens peu) et les Derniers jours de nos pères. Si j’ai aimé ces deux livres, celui ci m’a semblé encore meilleur.

L’histoire est celle de Marcus Goldman, déjà narrateur dans La vérité sur l’affaire Harry Québert. La famille de Marcus était divisée en deux branches, la branche Montclair, dont fait parti Marcus, et la branche Baltimore. Les Baltimore sont montrés comme un modèle absolu, riche et lumineux, Marcus les idéalise totalement.

Si les Montclair ont un fils, les Baltimore en ont un également, Hillel. De plus, les Baltimore ont également presque adoptés Woody, un jeune orphelin ami d’Hillel. A eux trois, Marcus, Hillel et Woody, ils forment le Gang des Baltimore, uni par une amitié indestructible. C’est cette amitié qui sera le cœur du livre.

Mais évidemment tout n’est pas si simple. La famille des Goldman est rongé de jalousie à plusieurs niveaux, et tout semble entourés de secret. On comprend vite qu’un événement est survenu et est venu tout bouleverser pour Marcus.

Tous les personnages sont travaillés et totalement crédibles et émouvants, chacun avec ses forces et ses faiblesses. Ils sont tous absolument lumineux, on s’attache à eux et l’auteur s’attache à nous les rendre vivants.

L’histoire est creusé avec des secrets, du suspens, de quoi maintenir le lecteur en haleine sur 600 pages sans souci. Le style de l’auteur est simple, mais on sent tout le talent de conteur qu’il a.

Bref, un coup de cœur absolu, auquel je n’ai rien à redire. Ce fut une très bonne journée de lecture…Difficile de me replonger dans mon prochain livre après ça !

 

 

 

Les piliers de la Terre, Ken Follet

« Dans l’Angleterre du XIIème siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent chacun à leur manière pour s’assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l’amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d’épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles… et de saintes ruses. La haine règne, mais l’amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes. »

Les piliers de la Terre

3

Ca faisait un moment que les piliers de la Terre trainait dans ma PAL…mais j’avoue que ce pavé d’un peu plus de mille pages m’effrayait un peu, avec mon emploi du temps compliqué je me disais que je n’aurai jamais le temps de le terminer. Alors j’ai profité des vacances, et il m’a fallu seulement quatre jours pour l’achever ! En effet, malgré le nombre de page, la lecture de ce livre est vraiment simple.

L’histoire est d’abord celle de Tom, un bâtisseur dont le rêve le plus fou est de bâtir une cathédrale, et qui voyage de ville en ville avec sa femme et ses deux enfants. C’est aussi l’histoire de Philip, prieur d’une petite communauté rattaché à Kingsbridge, homme dévoué à Dieu et à la grandeur de ses Eglises. On parle aussi D’Aliena et de son frère Richard, les enfants du comte de Shiring, abandonné à leur sort suite à des manœuvres politiques, On y croise enfin William Hamleigh et Walerand Bigod, respectivement le fils du comte Bartholomew et l’archidiacre du comté. Le tout sur un fond d’Angleterre du XIIème siècle, avec les manipulations et les guerres qui vont avec.

Les piliers de la Terre constituent réellement une fresque historique dans laquelle on suit les même personnages sur 20 ans de leur existence, tandis qu’ils se réunissent peu à peu à Kingsbridge. Historiquement parlant, on sent que l’auteur est documenté, tout m’a paru crédible mais je ne suis pas une connaisseuse de cette période. Le style est simple, et permet une lecture rapide malgré le nombre de pages impressionnant.

Là ou j’ai été un peu plus déçu, c’est sur les personnages. Chacun d’eux est caractérisé par deux ou trois traits de caractère et n’est que très peu approfondi. Ces personnages sont tous extrêmement manichéen avec d’un côté les gentils (Aliena, Philip, Tom) et de l’autre les méchants (Waleran, et William). Les personnages de méchants sont insuffisamment travaillés clairement. Même les personnages de gentils restent assez peu définis.

Bref, une belle rencontre avec Ken Follet et un bon livre pour l’été, maintenant j’en attendais un peu plus je crois, donc une petite pointe de déception quand même.

 

 

 

 

Carnaval, Ray Celestin

« Au coeur du Sud profond, La Nouvelle-Orléans, construite sur des marécages en dessous du niveau de la mer, a toujours été aux prises avec tornades, inondations et épidémies de toutes sortes. La nature du sol en fait une cité qui s’affaisse, où les morts ne peuvent être enterrés. Alligators, serpents, araignées hantent ses marais. Nombre de menaces ont toujours plané au-dessus de la ville. Et pourtant…
Lorsqu’en 1919 un tueur en série s’attaque à ses habitants en laissant sur les lieux de ses crimes des cartes de tarot, la panique gagne peu à peu. On évoque le vaudou. Les victimes étant siciliennes, les rivalités ethniques sont exacerbées. Un policier, Michael Talbot, un journaliste, John Riley, une jeune secrétaire de l’agence Pinkerton, Ida, et un ancien policier tout juste sorti de prison, Luca D’Andrea, vont tenter de résoudre l’affaire. Mais eux aussi ont leurs secrets… Alors qu’un ouragan s’approche de la ville, le tueur, toujours aussi insaisissable, continue à sévir. Le chaos est proche. »

Carnaval4En 1918, la Nouvelle-Orléans a tremblé sous les coups d’un tueur appelé le tueur à la hache, en raison de la manière dont il massacrait ses victimes. Beaucoup de pistes ont été exploré mais jamais personnes n’a pu capturer ce tueur en série qui a fait 6 victimes avant de disparaître.

A partir de ce fait divers, ray Celestin a construit un livre dans lequel il fait s’entremêler la voix de plusieurs personnages. Ida Davis, une jeune métisse bien décidée à devenir détective et accompagnée de son ami, louis Armstrong. Michael Talbot, inspecteur en charge de l’affaire, méprisée par ses collègues pour avoir dénoncer un de ses collègues corrompus, et pour s’être marié en secret à une femme noire. Luca d’Andrea, ancien policier tout juste sorti de prison, condamné en raison du témoignage de Michael. Chacun d’entre eux va enquêter sur les meurtres pour des raisons qui lui sont propres. Chacun d’entre eux va remonter une piste différente.

Ce roman est un petit bijou en matière de roman d’ambiance, il dépeint une Nouvelle Orléans plus vraie que nature, baignée par la musique, et en proie à la menace d’ouragans. Il décrit le début de l’époque de la prohibition, mais également l’époque de la ségrégation raciale dans le sud des Etats-Unis, et ce, en s’appuyant sur des personnages racisés. La description historique grouille de détails, et l’ambiance transparaît nettement.

Chacune des pistes suivie par les personnages est crédible et passionnante. Maintenant, je n’ai pas été convaincue par le dénouement, encore une fois. Si l’auteur réussit à créer plusieurs pistes différentes que chaque personnages a le loisir de remonter, ces pistes ne se mélangent pas bien au final, et j’ai trouvé l’explication pour les rejoindre peu convaincante.

En plus de cela, l’explication donné contrevient totalement aux faits historiques de base, à savoir que l’homme à la hache était un tueur en série. D’un point de vue criminologique, les faits sur lesquels s’appuient l’auteur ne pouvaient parvenir à cette conclusion, et le roman perd donc en crédibilité à mes yeux. Dommage, cela n’en reste pas moins un très bon roman d’ambiance documenté avec soin, avec quelques doses de suspens.

Dernier meurtre avant la fin du monde, Ben H. Winters

« À quoi bon tenter de résoudre un meurtre quand tout le monde va mourir ?

Concord, New Hamsphire. Hank Palace est ce qu’on appelle un flic obstiné. Confronté à une banale affaire de suicide, il refuse de s’en tenir à l’évidence et, certain qu’il a affaire à un meurtre, poursuit inlassablement son enquête.

Hank sait pourtant qu’elle n’a pas grand intérêt puisque, dans six mois il sera mort. Comme tous les habitants de Concord. Et comme tout le monde aux États-Unis et sur Terre.

Dans six mois en effet, notre planète aura cessé d’exister, percutée de plein fouet par 2011GV1, un astéroïde de six kilomètres de long qui la réduira en cendres. Aussi chacun, désormais, se prépare-t-il au pire à sa façon.

Dans cette ambiance pré-apocalyptique, où les marchés financiers se sont écroulés, où la plupart des employés ont abandonné leur travail, où des dizaines de personnes se livrent à tous les excès possibles alors que d’autres mettent fin à leurs jours, Hank, envers et contre tous, s’accroche. Il a un boulot à terminer.

Et rien, même l’apocalypse, ne pourra l’empêcher de résoudre son affaire.

Sans jamais se départir d’un prodigieux sens de l’intrigue et du suspens, Ben H Winters nous y propose une vision douloureusement convaincante d’un monde proche de l’agonie.

Le lecteur est tiraillé par cette interrogation lancinante : que ferions nous, que ferions nous réellement si nos jours étaient comptés. »

Dernier meurtre avant la fin du monde4

Que feriez vous si on devait mourir demain? C’est la question de ce livre. En effet, les scientifiques ont repéré un astéroïde de 6km de long, Maïa, qui fonce droit sur la Terre, et risque de détruire toute trace d’humanité à sa surface. Alors que faire? Certains partent réaliser leur rêves, d’autres se suicident, et d’autres encore continuent leur vie comme si de rien n’était. c’est le cas de Hank Palace, enquêteur dans la petite ville de Concord, bien décidé à élucider un meurtre là ou tout le monde ne voit qu’un suicide. En effet, Peter Zell a été retrouvé pendu dans un MacDonald, et bien que tout le monde pense à un suicide, Hank est persuadé du contraire.

Sans jamais être lourd ni vulgaire mais avec un style des plus urbains, Winters nous dresse un cadre préapocalyptique extraordinairement réaliste. J’ai cru à la menace de fin du monde de la première à) la dernière page, et j’ai surtout cru à chacun des personnages. Ils sont tous extraordinairement humain et cherchent tous comment vivre et affronter leur mort prochaine dans 6 mois.

L’enquête policière est bien faites, bien que je n’ai pas été absolument captivé par le meurtre de Peter Zell mais plutôt par l’ambiance qui se dégage de ce livre. Notamment, le dénouement ne m’a pas paru être une évidence, comme c’est le cas dans les bons romans policiers, après coup.

J’ai adoré le personnage de Hank Palace, qui parle à la première personne et ne se décrit jamais, mais dont les contours apparaissent très vite par ses réactions. Il semble presque souffrir d’un trouble autistique dans son obstination à enquêter sans tenir compte de la fin du monde.

L’arc narratif concernant la sœur de Hank m’a en revanche beaucoup moins convaincue, je n’ai pas tout très bien saisi, et j’avoue avoir voulu passer ses passages assez vite. Sauf les scènes de discussions entre Hank et sa sœur.

Bref un très bon livre, acheté par hasard, mais je vais essayer de lire la suite un jour !

L’innocence des bourreaux, Barbara Abel

« Dans une supérette, une jeune maman, un couple adultère, une personne âgée et son aide, une mère et son ado font leurs courses. Un junkie entre pour voler la caisse et perd le contrôle de la situation. Un jeux subtile s’instaure alors entre supposés victimes et bourreaux. »

 

L'innocence des bourreaux3

Depuis le temps que j’entendais parler de Barbara Abel…J’avoue je suis un peu déçue.

L’innocence des bourreaux s’attarde sur une supérette tout ce qu’il y a de plus ordinaire…Superette qu’un jeune junkie décide de braquer. A partir de là on va s’intéresser à chacun des personnages présents lors de ce braquage : une vieille dame acariâtre et son aide ménagère, un jeune comptable et une secrétaire, une jeune mère et une chirurgienne et son fils.

La psychologie de chaque personnage est décryptée, chacune de ses actions est examinée, chacun avec ses failles et ses faiblesses. Je comprends ce qu’a voulu faire l’auteur et elle s’en tire plutôt bien dans la poursuite de son projet.

Seulement, ce livre m’a laissé totalement froide. Pendant la première moitié du livre, pas moyen de s’attacher à un seul des personnages. On les voit agir tout en impulsivité et en crise de nerf, mais je n’ai senti d’attachement pour aucun d’eux. ce n’est que dans la seconde moitié du livre, lorsque les personnages commencent à livrer leurs secrets, que j’ai pu m’attacher un petit peu à certain d’entre eux. N’empêche, dans la grande majorité ils m’ont laissé assez froide. Or ce type de récit choral ne marche que par l’attachement du lecteur aux personnages.

En plus de ça, j’ai été assez peu convaincue par le style de l’auteur. Sans doute étais-ce difficile de rivaliser avec le style de Justine Lévy dans Rien de grave que je venais de lire. Seulement, j’ai trouvé que tout était très plat dans la manière d’écrire de Barbara Abel.

Seul point positif, le dénouement fonctionne très bien. Si je n’étais pas entrée dans le récit pendant la moitié voir les trois quarts du livre, le dénouement va de surprise en surprise, retournement après retournement.

Ce fut une rencontre ratée avec Barbara Abel, mais j’essaierai peut-être à nouveau. Je sais pas, son dernier livre me tentait bien.

 

 

Rien de grave, Justine Lévy

« Tu t’attendais à quoi ? je lui ai dit. Tu crois que ça va être facile de me quitter ? Tu crois que je vais te laisser faire comme ça ? J’ai lancé le cadre par terre, le verre s’est brisé mais comme c’était pas assez j’ai bondi du lit et j’ai déchiré la photo, celle qu’il prétendait tant aimer, la photo de nous deux en mariés, beaux et légèrement ridicules, il y avait tant de monde qu’on ne connaissait pas à notre mariage qu’on est partis avant la fin. Il a eu l’air triste, plus de la photo déchirée que du fait de me quitter. Il a toujours été fou avec les photos. Parfois je me disais qu’il n’aimait les choses de la vie que pour les voir un jour en photo. Moi c’est le contraire, rien ne me fait plus peur qu’une photo de bonheur avec toute la quantité de malheur qu’elle promet, qu’elle contient, mais sans le dire, en cachant bien son jeu. Je ne savais pas encore que c’était la meilleure chose qui puisse m’arriver, qu’il me quitte. Comment j’aurais pu le savoir ? Il était toute ma vie, sans lui je n’existais pas. « 

Rien de grave4

Après 7 mois d’absence, et une longue année universitaire, miracle ! Je me suis remise à lire ! Alors j’ai voulu commencer tout doux, avec un roman court, 200 pages à peines… Le moins qu’on puisse dire c’est que Rien de grave n’est pas un roman doux.

Justine Lévy nous parle de sa relation avec Adrien, l’homme de sa vie, son mari, qui l’a quitté pour une autre. Elle met son cœur à nu et parle de sa relation avec Adrien, de tous les petits moments de tendresse qui font un couple. Elle parle aussi de la rupture, de la douleur et de l’incompréhension.

Le livre ne respecte absolument aucune chronologie, alors au début on se sent un peu perdu entre le passé et le présent qui se croisent et s’entremêlent sans aucune indications.

Mais Justine Lévy a ce style qui lui permet de raconter avec une certaine pudeur et beaucoup de douleur ce qu’a été sa relation. C’est un roman d’écorché vif, qui m’a un peu fait pensé à Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine de Vigan. Comme dans Rien ne s’oppose à la nuit, l’écriture est utilisé pour faire le deuil, le deuil d’une relation cette fois, pour tourner la page. Les deux auteures ont un style assez proche, bien que je préfère sans doute Delphine De Vigan.

J’ai été marquée par le style de l’auteur, par la douleur à fleur de page que l’on ressent, et qui nous touche forcément, d’autant plus si l’on a déjà vécu une rupture douloureuse.