La maison du Cap, Françoise Bourdon

« 1849. Léonie, fille de modestes résiniers, grandit blessée par le désamour de sa mère, qui, un jour, lui assène : « Tu n’es pas faite pour le bonheur, tout comme ta dernière fille. ». Elle deviendra ramasseuse de sangsues. Sa benjamine, Margot, refuse cette existence de labeur et de honte : à elle la Ville d’Hiver, à elle le choix d’une autre vie. Par amour, un homme bâtira pour elle la Maison du Cap…
Se poursuit au fil des décennies et des tumultes de l’histoire une grande saga d’héroïnes : Charlotte la photographe, Dorothée l’aviatrice, Violette la résistante. De génération en génération, elles perpétuent une lignée de femmes fortes et ardentes…
La Maison du Cap demeurera un refuge pour Margot et ses héritières, et le bonheur, une quête ardue, dans une société toujours corsetée. »

 

la-maison-du-cap

Repérée sur la blogosphère ce roman, sensée être un roman du terroir sur le bassin d’Arcachon, m’avait tentée. Aussitôt reçu aussitôt lu, il n’a pas eu le temps de moisir dans ma PAL!

L’histoire est celle de Léonie en 1849, une fille de résinière très pauvre, habitée par la haine de sa mère, et qui élève tant bien que mal ses trois enfants, Margot, Germain et Marie. Puis l’histoire sera celle de Margot, cette enfant née dans la pauvreté et qui n’aspirera qu’à s’élever dans la hiérarchie sociale et à contrôler la Ville d’Hiver, l’un des beau quartier d’Arcachon. On suivra ensuite l’histoire de sa fille, puis de sa petite-fille jusqu’en 1947.

L’angle de vue est intéressant: l’auteur, via des chapitres courts qui commencent tous par la date, avec nombre d’ellipses temporelles, va suivre Léonie, Margot et ses descendantes. Les héroïnes présentées sont des femmes fortes, indépendantes les unes des autres, indépendantes des hommes aussi, à une époque ou cette indépendance était rare et mal-vue. J’ai beaucoup aimé ces héroïnes, qui sont attachantes.

Pour autant, je ne suis pas totalement convaincue par cette lecture. D’une part parce que les ellipses temporelles dont se sert l’auteur ont une forte tendance à diminuer la portée du récit. En effet, cela permet presque systématiquement d’échapper aux scènes d’émotions, aux drames. D’autre part, contrairement à ce qui est annoncé, ce roman n’est certainement pas un roman du terroir. Il n’y a presque aucune description du bassin d’Arcachon tout au long de ce roman, tout juste si des noms de lieux sont régulièrement cités. Certes l’auteur s’est renseigné sur le coin, on le ressent, mais c’est insuffisant à réellement nous transporter sur le bassin.

De plus, l’auteur a cherché à écrire un roman historique, mais clairement elle s’est trop peu documentée, la période historique est très peu décrite, et nous ne sommes pas plus transporté en 1849 que nous sommes transportés sur le bassin. Enfin, il faut bien avouer que le style de l’auteur, s’il est fluide, n’est clairement pas sensationnel.

Bref, une vraie lecture en demi-teinte pour moi: j’ai beaucoup aimé les héroïnes, le concept de suivre une femme, sa fille, la fille de celle ci, … est intéressant, quoique à mon avis, l’auteur aurait dû s’arrêter un peu avant (les dernières héroïnes se ressemblent beaucoup). Par contre je suis vraiment déçue par l’ambiance, qui ne transporte ni au XIX ème siècle, ni sur le bassin d’Arcachon.

Clairement, une lecture facile et pas inoubliable, mais sympathique entre deux livres plus consistants!!

Publicités

Une réflexion sur “La maison du Cap, Françoise Bourdon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s