Songe à la douceur, Clémentine Beauvais

« Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17 ; c’est l’été, et il n’a rien d’autre à faire que de lui parler. Il est sûr de lui, charmant, et plein d’ennui, et elle timide, idéaliste et romantique. Inévitablement, elle tombe amoureuse de lui, et lui, semblerait-il… aussi. Alors elle lui écrit une lettre ; il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Et puis un drame les sépare pour de bon. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana s’est affirmée, elle est mûre et confiante ; Eugène s’aperçoit, maintenant, qu’il la lui faut absolument. Mais est-ce qu’elle veut encore de lui ? Songe à la douceur , c’est l’histoire de ces deux histoires d’un amour absolu et déphasé – l’un adolescent, l’autre jeune adulte – et de ce que dix ans à ce moment-là d’une vie peuvent changer. Une double histoire d’amour inspirée des deux Eugène Onéguine de Pouchkine et de Tchaikovsky – et donc écrite en vers, pour en garder la poésie. »

songe-a-la-douceur

En général, je n’aime pas vraiment les histoires d’amour, ni les romans très à la mode que tout le monde lit. Alors pourquoi Songe à la douceur? Aucune idée mais j’ai été attirée par l’histoire.

L’histoire c’est celle de Tatiana et d’Eugène. A 14 ans, Tatiana rencontre Eugène et en tombe éperdument amoureuse. Mais Eugène a 17 ans, et rejette la jeune fille sans plus y penser. 10 ans plus tard, ils se recroisent. Tatiana a 24 ans, jeune doctorante brillante, Eugène tombe immédiatement sous son charme…

L’histoire est très simple, celle d’une même histoire d’amour à deux époques différentes. Mais ses personnages sont magnifiques. J’ai beaucoup aimé Eugène, il est crédible. Et surtout, je me suis reconnue dans Tatiana. Dans la Tatiana de 14 ans comme dans celle de 24 ans d’ailleurs. C’est un roman d’une grande simplicité, mais qui comprend très bien l’amour et ses mécanismes.

En plus de ça, la rédaction en vers libre apporte vraiment quelque chose, la narration est juste brillante.

Bref ça a été une très bonne lecture. Pour autant, ce n’est pas un coup de cœur, il me manque le petit « truc » en plus. Mais c’est une lecture intelligente, bien plus que ce que je m’attendais à trouver.

 

Publicités

3 réflexions sur “Songe à la douceur, Clémentine Beauvais

    1. C’est clair que c’est un peu particulier, mais c’est vraiment intéressant en même temps 🙂
      Honnêtement je sais pas si je relirai cette auteur, j’ai beaucoup aimé, mais le thème des petites reines ne m’attire pas du tout…A voir si j’ai l’occaz ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s