L’affaire Nicolas Le Floch, JF Parot

« En ce mois de Janvier 1774, Nicolas Le Floch, le célébre Commissaire au Châtelet, est d’humeur sombre. Sa maîtresse, la belle et capricieuse Julie de Lastérieux, est retrouvée empoisonnée et tous les indices le désignent comme coupable.
Qui cherche à compromettre le protégé du Roi et du Lieutenant Général Sartine?
Pour prouver son innocence et démêler les écheveaux de cette affaire qui met directement en péril la sureté de l’Etat, Nicolas doit se cacher.
Au service du Secret du Roi, il découvrira les cruelles subtilités des complots de Cour. Avec l’aide du fidèle Inspecteur Bourdeau, tandis qu’entre Londres, Versailles et Paris les factions rivales s’affrontent, il devra déjouer bien des pièges.
Après « Le Fantôme de la Rue Royale », c’est avec le même plaisir que nous retrouvons l’intrépide et talentueux Nicolas Le Floch dans une aventure sur fond de fin de règne, alors que la colère du peuple commence à gronder. »

laffaire-nicolas-le-floch

Et voici ma quatrième rencontre avec ce cher Nicolas Le Floch, inspecteur au Chatelet en 1774.

La belle Julie De Lastérieux, maîtresse de Nicolas, vient d’être assassinée, au cours d’une soirée ou elle s’est ouvertement disputée avec son amant…Tout semble concourir à accuser le commissaire du Chatelet, heureusement il conserve la confiance de ses amis, de son chef Sartine, et de son roi. Pour autant, il semble qu’il se soit fait des ennemi haut-placés, et déterminés à le faire tomber, surtout lorsque Louis XV lui confie une mission secrète à Londres.

Disons le, JF Parot n’a pas son pareil pour décrire le Paris de la fin du XVIII ème siècle, plus vivant que jamais. La restitution historique est impressionnante de détails, est paraît tellement vrai,  tellement vivante, un vrai plaisir! Dans ce tome, nous continuons à explorer les rues de Paris, l’Eglise de Notre-Dame surtout, mais nous avons aussi le plaisir de faire un détour londonien, qui bien que court, est un agréable changement dans la routine des enquêtes de notre commissaire. De plus, nous assistons à un changement de règne, et j’ai eu de la peine de perdre Louis XV.

Mais si le cadre descriptif est assurément le point fort du roman, l’enquête policière ne m’a pas convaincue. Avec Parot, il semble que j’aime une enquête sur deux qu’il fait vivre à ses personnages: J’ai aimé L’énigme des blancs Manteaux, puis ai été déçue par L’homme au ventre de plomb, avant d’aimer Le fantôme de la rue royale. Cette fois encore, je suis passée à côté du versant policier de l’intrigue, qui est moins exploité dans ce volume, pour se consacrer au jeu politique et à la description de la fin de règne de Louis XV. L’intrigue m’a parue brouillon, assez peu convaincante dans ses justifications, et le dénouement ne m’a pas emballé.

Bref, encore une belle rencontre avec Nicolas Le Floch et tous les truculents personnages secondaires qui peuplent cette saga (Sartine et ses perruques, Bourdeau, Noblecourt, Semacgus, Samson,…). Le versant historique de cette saga est vraiment exceptionnel, même si j’aime moins le côté policier.

Publicités

Une réflexion sur “L’affaire Nicolas Le Floch, JF Parot

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s